La solitude de l’Innocent. JP le chanteur, l’homme juke-box, vient enfin de terminer un second album bien à lui, après avoir participé à « Imbécile », la pièce musicale de belle facture écrite par Olivier Libaux (ex-Objets et membre très actif de Nouvelle Vague). Toujours aussi attiré par le monde des mélodies, JP les utilise comme matière première pour évoluer ensuite vers une construction au final très méthodiquement arrangée. Pas étonnant de découvrir qu’il a repris la route du studio avec Jean-Christophe Urbain, l’ancien complice des Innocents. Un travail façon Beatles croisant XTC et Les Nits, au royaume du charme. C’est ainsi qu’agissent les compositions du duo, chatouillant avec rigueur une à une chaque fibre émotionnelle. Il y a d’abord un album, dans son ensemble. Puis des chansons qui se dessinent à contre-courant, gagnant en autonomie. Lorsque l’on a découvert JP au début des années 80, déjà Innocent, interprétant de façon déchaînée« Louie Louie » avec les Stunners (les premiers « show-cases » de la FNAC Forum), puis après avoir été surpris par « Jodie », chanson très formatée pour la FM de l’époque, les « Un Autre Finistère », « Colore » et l’ensemble des chansons du répertoire suivant avaient de quoi paraître déroutantes de tant de tenue. Force est de constater qu’il en est toujours ainsi. Sans frime, presque avec discrétion, l’honneur reste aux mélodies. Elles se croisent en permanence, filtrant amour des instruments et des mots. Les guitares enlacent chaque phrase avec une délicate précaution. C’est peut-être cette forme de retenue volontaire qui impose une distance appréciative. Car on aimerait parfois un peu plus de dynamisme, de « rock’n roll », connaissant l’homme… Heureusement arrive « Viens me le dire » et son entêtant refrain, ritournelle enjouée. Lorsque cette chanson passe à la radio, c’est une mini-vague de fraîcheur que diffusent les ondes. Finalement, l’esprit tranquille de JP Nataf offre à la chanson une autre approche, puisqu’ici très acoustique, que celle offerte par les courants folks remis au goût du jour actuellement dans des formes plus traditionnelles. Laissons charme et séduction agir.

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *