On commence à la connaître par sa présence au sein de Mickey 3D dont le line-up a été complètement modifié dernièrement. Et c’est la plupart du temps en première partie des spectacles de Mickey qu’elle présente son propre répertoire – d’autant que son groupe est celui de Mickey. En ayant d’abord simplement le disque à se mettre entre les oreilles, la première impression est celle d’une chanson française type minimaliste. Un accompagnement simple à la guitare, avec toutefois des parties un peu plus élaborée que d’élémentaires rythmiques (« Je Ne Comprends Pas », « La Tête A L’Envers »), mais qui permettent ce jeu particulier avec le tempo : appuyer ici et là, retenir soudain, repartir… Assez tranquille dans l’ensemble, on est beaucoup dans la balade. Idem avec ce duo Cécile Hercule-Mickaël Furnon, « La Chance » au refrain doucement martelé. Puis commencent à insister des petits arrangements sortis d’autres instruments, un peu de piano et quelques effets bruitistes (« Comme Avant »). Des partis-pris qui laissent augurer d’intéressants développements pour le futur. Mais certaines options restent décevantes, comme ce jazzy « Si j’étais un garçon », malgré son mélodica jamais vraiment utilisé dans ce style. Pour l’avoir vue sur scène, l’impression est la même. L’aspect gentillet mériterait d’être gommé rapidement, ne serait-ce qu’au travers de l’utilisation de la voix, somme toute en manque de distinction en territoire « chanson française ». Espérons que ce n’est qu’une question de maturité car les conceptions mélodiques (« Enfin », par exemple, qui évoque mélodiquement « Les Chansons D’Amour » d’Alex Beaupain), sont d’un niveau indéniablement intéressant. Restons attentifs !

Cet article a été rédigé par :

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *