Lisa PORTELLI, c’est la féminité dans un monde de brutes. Là où les nerfs s’excitent sur des guitares et leurs riffs doublés de chants colériques, Lisa pose tout en ambiances. Là où l’on s’attendrait à croiser un substitut névrotique, Lisa préfère fluidifier un jeu de guitare sur lequel flotte sa voix dans des mouvements naturels. Tout est réalisé en finesse, de la pose des lignes de basse à un jeu de batterie développant une identique sensibilité (« Arbre en peine »). Un disque qui prouve le pouvoir de la musique. Inutile de forcer, juste savoir doser, exprimer en conservant toute entière sa personnalité, en tirer le meilleur. Il n’y a rien à jeter dans ce disque qui porte le titre idéal. « Le régal » en est un véritable. De « Derrière le mur » à « Dans l’air », les émotions se suivent et s’harmonisent sans pour autant renier l’esprit rock dans son sens noble – si tant est que parler de noblesse à propos de rock semble parfaitement inopportun. Et pourtant, c’est bien de cela qu’il s’agit. Lisa PORTELLI remplace la hargne par une désarmante sensualité. C’est sans aucun doute ce fort trait de caractère qui lui vaut cette digne comparaison avec Rodolphe BURGER, le plus charnel de nos guitaristes. Et ce même élément qui en fait une artiste de charme… dans le plus noble sens du terme !

Cet article a été rédigé par :

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *