Jeune pop qui dépote, la musique des Meltones est empreinte d’influences parfois frappantes, comme cette voix à la Coldplay dès le premier titres (« Audrey »). Mais le groupe cité n’est pour autant en rien dans les références musicales des titres qui vont suivre. Le fait que le chant soit en anglais facilite bêtement ce type de rapprochement, néanmoins inévitable. Il devient difficile en tout cas d’affirmer une réelle personnalité détachée de toute signalisation connue. Les Meltones ont un avantage du à une énergie, un sens mélodique et un savoir-faire quant à l’équilibre instrumental. « It’ll be just fine » le confirme. Des guitares jonglant entre acoustique et électricité, un chant emporté et volontaire, des vagues harmonieuses qui font véritablement vivre le morceau. Idem avec « Secret rules », le titre le plus connu, qui dandine agréablement une rythmique à l’entrain parfait. Tout ce qui s’ajoute en bricolage, comme les voix trafiquées dans ce même titre, ponctue de parfums heureux des chansons décidées à se démarquer finalement, pour affirmer un talent unique. Même si une première écoute suffit pour convaincre, il reste plein de choses à découvrir encore. Ces petits détails qui apparaissent au fil des diffusions et qui donne aux Meltones, contrairement à ce qui est dit plus haut, une réelle personnalité. Tout cela bien inscrit dans le courant actuel « crunchy », c’est-à-dire suffisamment énervé pour s’inscrire dans l’univers rock, mais avec une retenue qui n’en fait pas des sauvages sans foi ni loi, grâce à cet imparable sens mélodique.

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *