De la musique pour routiers ? Vous avez dit country music ? Forcément, avec un titre pareil, sans parler de la pochette. Il ne reste plus qu’à imaginer le calendrier dans la cabine du camion. Lindi Ortega se prête au jeu, assise à l’arrière du pick-up, dans sa mini-robe. Mais bon, est-ce tant cela qui nous intéresse dans un disque ? Titre éponyme en douce balade d’introduction avant un plus enlevé « The Day You Die », puis retour au calme. Le disque use des tempos médiums sur lesquels s’amusent les harmonies vocales élevées (« Lead On Me », « Heaven Has No Vacancy ») très à l’américaine. On peut en profiter pour apprécier le jeu des guitares, notamment sur « Demons Don’t Get Down » ou « Murder Of Crows » par exemple, ou des balais sur la caisse claire, sans oublier quelques notes de piano bastringue bien senties par-ci par-là. Et, une surprise avec « High » qui révèle étonnamment quelques accents asiatiques dans sa mélodie. Rien que de bons titres aptes à donner envie de redécouvrir le genre. Une impression de renouvellement plutôt que d’un alignement de clichés. En fait, les chansons paraissent couler d’une source naturelle. Est-ce du aux studios Sound Emporium, House of Blues « D » and Pinhead Recorders de Nashville où l’album a été enregistré ? Si cela n’y est sans doute pas pour rien, les titres révèlent une belle signature. Plus qu’agréable.

Cet article a été rédigé par :

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *