The-Lanskies-Hot-Wave

 

Lewis Evans, Liverpoolien normand à la tête de ce fabuleux combo, défend fièrement l’idée d’avoir créé la « hot wave ». Ce n’est pas pour rien si l’album porte ce titre, expression soufflée par un journaliste de l’émission « Tracks » sur Arte qui avait ainsi qualifié leur musique à l’occasion d’un reportage sur le groupe. Lewis a justement apprécié d’emblée le sens de la formule au vu de l’évolution musicale du quintet. Ce disque confirme le contrôlé dérapage d’une new-wave attirée par la dance, la chaleur des contacts. Le compromis final croise une voix évoquant par instants Robert Smith de Cure, des guitares échappées d’un vieux rêve de Talking Heads, et des incursions synthétiques électro-disco. Une description qui colle à la peau des Lanskies lorsqu’ils sont sur scène, non pas que l’on se croie dans une boite (quoique !), mais surtout par les besoins communicatifs de Lewis, héros d’un quotidien qu’il va tenter, par tous les moyens à sa disposition – le chant et la musique -, de rendre débordant de joie. Comment ne pas craquer sur un titre comme « Romeo » et ses mélodies imparables, ou sur le « 48 Hours » qui incite à un échange verbal joyeux et mélodique ? Idem avec « Move It » qui porte bien son nom. Comment ne pas craquer non plus sur cette espèce de comptine qu’est « Rumours », construite sur une ligne de basse heureuse ? Que du positif chez The Lanskies. C’est à prendre, et n’en rien laisser ! A conseiller à tous ceux qui ont besoin d’un coup de peps au moral. Et à tous les autres, évidemment.

 

The+Lanskies+lanskiesmyspace

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *