Avec la guitare - Rodolphe Burger - bonne couvTranscription d’une conférence par l’auteur lui-même. Rodolphe Burger a souhaité conserver le ton et les incertitudes liés à l’enregistrement de sa prestation. Considéré comme une figure importante du paysage musical français, particulièrement au niveau de son approche de la guitare et de la sensualité de son jeu, Rodolphe aborde l’histoire de la guitare par le biais de sa propre découverte de l’instrument et des musiciens qui l’ont marqué. Des musiciens qui ont été au-delà de l’influence, puisque l’on comprend, au travers de ces pages, que la guitare est un instrument synonyme de liberté, plus facile d’accès que le piano par exemple, mais aussi un instrument non condamné à être appris pour s’en servir de façon académique. Les références de Rodolphe Burger pointent justement cet écart. Au sujet de la musique interprétée, jouée, il parle de feeling et non de niveau de connaissance et de pratique. L’important n’est pas la capacité démonstrative, mais la capacité à transmettre des émotions, à donner à la musique ce caractère indispensable qui la  démarque de l’écrit ou de l’expression orale pure. C’est d’ailleurs exactement en cela que le jeu très personnel de Rodolphe Burger a pu marquer l’auditoire et continue de le faire. Il n’y a pas un jeu extrêmement appréciable parce que fabuleusement technique. Non, c’est fabuleux parce que quelque chose de plus profond émane de l’association homme-guitare. Les héros de Rodolphe ont tous cela en commun, de Jimi Hendrix, l’une des premières figures marquantes pour lui, à James Blood Ulmer, avec qui il jouera et composera, à Jack White (The White Stripes), à Seasick Steve, qui bricole sa propre guitare, ou Albert Collins ou Son House. Ce que l’on retient de ce petit ouvrage qui se lit très facilement et rapidement est un message simple qui va plus loin encore que de dire que tout un chacun peut trouver sa voie expressive à travers cet instrument. Il sous-tend aussi l’idée que la musique, en général, a un pouvoir vital pour l’individu, un effet qui n’a rien à voir avec la manière dont les grands médias galvaudent un univers de paillettes sans lien aucun avec la profondeur et l’intensité de ce qu’est réellement la musique. Et la guitare, c’est non seulement cette capacité de feeling intense et salvateur, Rodolphe ajoute, en guise de  jolie conclusion : « Que les courbes d’une guitare rappellent celles d’une Rodolphe Burger 1 femme ne veut pas dire que seuls les garçons ont le droit d’en jouer… » Rodolphe Burger 2 rodolphe_burger_03

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *