De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

 

noiserv-avo-pochette

 

« This may be the place where trains are going to sleep at night ». Avec un titre comme celui-ci… il fallait penser que les neuf morceaux de l’album suivant allaient user de cette foule de données, véritable bureau des renseignements. L’apparence de ces petites chansons, relativement courtes, se devait-elle de décliner leur identité avec ces phrases significatives et souvent loufoques (« It’s easy to be a marathoner even if you are a carpenter »). Cela peut aller de pair avec la démarche originale de l’artiste, facilement comparé à Yann Tiersen, en ce sens qu’il est seul, que ce soit en studio ou sur scène, et qu’il s’entoure d’une foule d’instruments. A la différence du français qui, lui, disperse ses instruments, David Santos la joue resserrée, assis avec tout à portée de mains dans un demi-cercle. L’ex-ingénieur informaticien considère son travail comme le représentant lui, s’il était une chanson. Et il va bien au-delà de cette écriture fourmillante en réalisant lui-même ses clips, petits bijoux d’inventivité et de naturel, à l’image des sonorités souvent légères, telles que celles qui peuvent s’échapper des pianos d’enfants ou de xylophones. « Mr Carousel », premier titre parmi les trois en bonus en est l’exemple type, avec ses mélodies charmantes qui se mêlent magnifiquement. On imagine aisément une fête d’enfance nostalgique avec de jolis manèges à l’ancienne. Le musicien apprécie aussi de rythmer ses airs avec le son sec de la machine à écrire (« The Sad Story Of A Little Town »). Aux premières écoutes, un sentiment d’ennui peut apparaitre, alors qu’en insistant un tout petit peu, on finit par être totalement sous l’emprise de ces mélodies tournantes qui appellent à la rêverie. Les initiales A.V.O. correspondent à Almost Visible Orchestra. Et c’est bien un orchestre – particulier certes, – mais un véritable orchestre solo qui produit cette lumineuse guirlande. Juste un duo, malgré tout, avec Cascadeur, pour « Don’t say hi if you don’t have time for a nice goodbye ». Si l’on découvre Noiserv aujourd’hui, il faut toutefois savoir qu’un album et deux EP sont déjà parus depuis 2008, que David Santos a écrit la musique du film « José & Pilar » de Miguel Gonçalves Mendes présélectionné pour l’Oscar du meilleur documentaire 2010. Et que la nouvelle scène portugaise trouve avec Noiserv un ambassadeur de haut niveau.

 

Noiserv_04_Rogério_Ribeirohttps://www.youtube.com/watch?v=yjpQRjGcoGI

 

 

 

Noiserv 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *