COUVERTURE AVANT

 

 

 

 

Repéré sur Facebook avec ses mises en ligne régulières de posts alignant des séries de covers en tout genre (pop, rock, chanson, funk), dans lesquelles il met en avant ses talents de guitaristes. Pour quelqu’un (l’auditeur) qui préfère de loin les compositions aux reprises, il y avait de quoi trouver dommage que Benjamin se limite à ce type d’exercice. Mais en fait, c’était douter des capacités et de l’ambition du jeune musicien. A croire d’ailleurs qu’il dort avec sa (ses) guitare(s) ou que ce soient elle(s) qui le mène(nt) par le bout du nez. A la dextérité démonstrative apparente s’oppose un large sourire à la sympathie toujours de circonstance. Dès « Alone », le titre phare, on plonge dans une marmite bouillonnante d’efficacité. Benjamin à l’air d’être un rêveur qui projette, du bout de ses doigts sur le manche, toutes les folies qui traversent son imaginaire. Campant solidement ses bases rythmiques (« Angry »), il part à la renverse, tel un acrobate sans filet d’un trapèze à l’autre. Alors il joue sur les émotions, les moments de danger, les instants plus sereins, et trouve un équilibre qui peut mêler tout cela au sein d’un même morceau (« Harmonic Out Of Phase »), n’hésitant pas à surprendre par un démarrage inattendu quelques voltes insidieusement répercutantes (« In The Black Snow »). Il s’éclate à fond avec une liberté qui semble totale. Et, point particulièrement fort à souligner, gère admirablement la construction de ses titres, évitant l’inutile redondance de soli interminables. Il y a une inventivité flagrante qui laisse présager une très belle évolution (« Outlast At The End », « The Wasted Panic »). La permanence évidente du sens mélodique atteste cette capacité créatrice prometteuse. Si l’on peut ressentir l’influence forte d’une certaine musique instrumentale spécifique de la fin des années 70 et des années 80, cet « Alone » est bel et bien une œuvre sonorisée XXIème. Quand on parle de musique prometteuse, est-ce que le dernier titre augurerait d’un futur chanté ? Très belle « chanson », osons-le dire, avec « Unknown », et Karine Desmoyers au chant. Ah, au fait, Benjamin est « alone » sur cet album. C’est lui qui fait tout, sauf Karine !

 

PS : Benjamin a créé une chaîne YouTube ( LES VISITEURS DE LA NUIT ), où il réalise des explorations nocturnes avec un ami, dans des anciens châteaux, couvents, et autres lieux ayant du passé ainsi qu’une histoire. Vous avez dit gothique ??? Pas pour autant.

 

Benjamin B

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *