Pochette Albé Face AUn mot seulement pour chacun de ces quatre titres. Trois en français. Et « Gene » pour le premier. Chanson débutant en anglais, voix relativement haut perchée, sur fond aérien d’accords plaqués sur un Fender Rhodes. Puis entrée d’une batterie très acoustique, et continuité du chant, en français cette fois. Les accords sont maintenant plus soutenus, poussés par une basse ronde. Albé construit sa musique façon puzzle, en assemblages d’apparences improbables, et pourtant tout à fait synchrones et complémentaires. Une inspiration tout en richesses exploratrices avec laquelle, sans y ressembler vraiment, on se rapproche des musiques dites progressives. Ainsi s’inscrit cette belle introduction à laquelle vient se lier d’amitié « Valises », une évocation musicale clin d’œil aux Beach Boys avec ses sonorités organiques, puis ses glissandos de bottleneck ou de lapsteel. Le chant est intégré tel un instrument, traité à égalité. Si bien que le « français dans le texte » est parfois à déchiffrer. Ce point n’est pas une critique, car il apparaît une conception globale axée sur une ambiance, un son tel un fil conducteur, et puis la création du besoin de concentration pour se fondre à l’ensemble en tant qu’auditeur. « Henri » procède d’une même démarche. On croit presque entendre Jean-Louis Murat un moment donné, comme un rappel naturel à la ballade. Puis « Egards » apporte une touche rythmiquement joyeuse et dansante. Mais à la manière d’Albé, libérée de toute contrainte formelle. C’est ce qui, dès le départ accroche. A aucun moment, les références qui apparaissent ne contrarient la personnalité évidente du projet. Une seule envie, celle de découvrir la suite. Impatience détournée par la mise en boucle de cette « Face A ». A noter qu’Albé (Alexandre de La Baume) fut l’un des membres du groupe Singtank.

 

 

 

 

 

Albé - photo 2

 

Cet article a été rédigé par :

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *