Eddy_de_pretto

 

 

 

Il  a des artistes qui racontent des histoires, qui disent autre chose que du futile, quitte à critiquer sa propre attitude. C’est le cas d’Eddy de Pretto. Sa « Fête de Trop » en est l’exemple, regard acerbe sur une dérive, une attitude, ses limites : « Je luis de paillettes et me réduit au chaos ». Un auteur qui ne craint pas les mots et sait leur donner consistance, même crus, sans jamais paraître vulgaire : « Et ton sexe triomphant pour mépriser les faibles / Virilité abusive » (« Kid ») où son « égo-trip » remet sa propre pendule à l’heure. « Mais l’orgie est possible dans ce moderne et vaste asile » (« Jungle de la Chope ») « La sérénade est morte et je n’ai plus de feu, je n’ai pour m’apaiser que des réseaux de jeux. Allez ouvre-moi  ta porte, ce soir je n’ai qu’un cœur à queue, avec ou sans capote perdu dans la jungle de la chope » Difficile de dire s’il s’agit de rap, de slam, de chanson (« Baulieue »). Plutôt un entre-deux, inclassable. Et de réentendre « Fête de Trop » en fin de EP avec autant de plaisir, signifie que l’on est en réelle présence d’un projet artistique dont la qualité et la densité augurent d’un talent de grande estime.

 

 

 

 

EDDY-DE-PRETTO-13-03-2016-3-BAUDETS@deborah-galopin-05474

Cet article a été rédigé par :

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *