Pochette Sous-les-brulures-l-incandescence-intacte

Objet surprenant identifié, cette Demoiselle est repérable à mille lieues. Cette façon de balancer sa voix au-dessus d’une musique défaite de toute compromission se combine avec perfection au look naturellement rock adopté. « J’m’en fous d’être moche et j’ai grandi, j’ai les moyens de trouver la sortie », clame-t-elle dans le « Bonjour, Bonjour » introductif, avant de se la jouer ballade classieuse en anglais (« SICK »). Le grand écart est là  pour le spectacle. Mademoiselle K est une contorsionniste autant qu’une acrobate, en équilibre là-haut, sur son fil et sans filet. Voilà ce qui transpire dans cette effective « incandescence intacte » : « J’ai peur qu’on devienne des fantômes de nos émotions ». Toutes les paroles de cet album ont la profondeur masquée et paradoxalement frontale qu’exprime une auteure avide de dépasser toute dérive négative. Un voyage thérapie (« J’Ai Pleuré » – « C’est pas si ridicule de pleurer dans un tram… » – « Sous les Brûlures »). Point d’orgue avec « Pour Aller Mieux » qui énumère les trucs de chacun sur un fond de guitare tranquille. La chanteuse a, depuis longtemps, posé sur les fondations de son répertoire, des couleurs uniques qui n’appartiennent qu’à elle, tout en gardant un espace de créativité infini, qu’il soit sonore, ou dans le style d’interprétation. Sans la comparer, on pourrait rapprocher l’attitude, l’approche, de celle de Catherine Ringer, qui a su surprendre dès le début des Rita Mitsouko et qui, aujourd’hui, n’a rien perdu de ce dynamisme convaincu. Quand Katerine Gierak imagine une vie meilleure, en la décrivant, « ça ne sera pas moi », dit-elle, s’il « ne sait pas dire je t’aime ». Une artiste qui, en touchant le fond, rebondi d’intense créativité, déportant musicalement les mauvaises ondes. « Sous les brûlures, l’incandescence intacte ». Un titre qui joue son rôle à la perfection.

 

 

Mademoiselle K 1Sous les brûlures

Cet article a été rédigé par :

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *