De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

 

Envie de remettre le compteur de son moral au beau fixe ? Isabelle Giordano semble être dévolue à ce type d’exercice. Disons qu’en elle brûle la flamme incitative à prendre la vie dans ce qu’elle promet de plus positif. A l’aide du vecteur romanesque – presque un conte dans le cas de ce « deuxième vie » -, elle convoque un personnage râleur, excédé par une suite d’événements contrariants, qu’elle emmène, par la force des choses, sur le perron d’un « routinologue ». Sans dévoiler plus avant cette histoire, voilà que le lecteur est embarqué dans une initiation particulière qui consiste, à base d’exercices simples et progressifs, à prendre la vie d’un côté où primera toujours le positif. A vrai dire, ce roman à le pouvoir d’entraîner le lecteur en compagnie de ces deux figures principales et transmet un nouvel art de la perception du quotidien. Evidemment, ces pages semblent remplies de bonnes intentions, en apparence « à la Bisounours ». Pourtant, on se dit qu’en pratique, rien n’est impossible. Et, pour peu que l’on soit soi-même un tant soit peu dans cet état d’esprit, il y a réelle matière à réflexion. Ce livre se parcourt aussi facilement que « La liste de mes envies » et réussi un pari qui n’a d’autre obstacle que la cupidité humaine. Pour sûr, il sera toujours chimérique d’espérer voir le monde changer en ce sens. Néanmoins, à un niveau plus individuel, du moins plutôt collectif – autour de soi, – cela serait déjà pas si mal de modifier son regard en appliquant ces généreux conseils, bénéfiques aussi bien pour celui qui saura les pratiquer que pour ceux qui l’entourent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *