Passionnée de HipHop français et de musique à textes, en charge de la partie rap du magazine depuis mes 11ans. Également CEO d'un projet innovant dédié au HipHop.

À l’occasion de la 26e Édition de la Fiesta des Suds à Marseille, l’équipe d’Extended Player a eu la chance de rencontrer Charles X.

Ce fameux Charles n’est pas la réincarnation d’un roi de France et de Navarre. Non, Charles X est un artiste qui a choisi le « X », comme l’avait fait auparavant Malcom, pour « Accuser l’histoire » et délaisser les noms de famille choisis et imposés par les blancs, aux esclaves noirs d’Amérique.  Mais cet artiste engagé sort du lot. Il n’est pas là à scander la haine et la révolte, ce n’est pas un amateur d’accusations, oh que non ! C’est plutôt l’inverse. La positive attitude est le maitre mot de ses albums, et l’homme en lui-même, est un boute-en-train optimiste au sourire toujours omniprésent !

En effet, rencontrer Charles X, c’est comme rencontrer un copain de longue date : on se tape la bise, on lâche une blague, et on commence à discuter comme si on avait mille et une choses à se dire.

Voici donc l’interview de ce jeune californien qui délivre des sonorités HipHop, Soul, RnB et Jazzy avec tant d’aisance. Un artiste à suivre, qui deviendra sûrement « Le Michael Jackson de demain » comme le disait si bien une mamie hystérique à la fin du concert, cherchant partout l’artiste, convaincu d’avoir découvert ce soir-là sur scène, la grande idole de demain.

Il semblerait que vous ayez un message à diffuser au Monde et que ce dernier se trouve dans votre musique ?

Oui, en fait je suis un espion, mais les gens ne sont pas supposés le savoir ! Il ne faut pas en parler (rires) !

Oui tous mes sons portent un message, mais cela ne se présente pas comme une évidence, il faut que les gens les écoutent avec attention.

Quel serait le premier message que vous auriez envie de diffuser ?

« Vous êtes les super-héros de cette terre, et il vous en revient à vous tous, de faire changer les choses ! »

Ma mission est de chanter des chansons, mais à un moment donné, je partirai, comme l’ont fait d’autres avant moi qui ont essayé de sauver la paix et l’amour, il vous en reviendra de décider dans quel monde vous voulez vivre, et celui que vous souhaitez laisser derrière vous à vos enfants et aux enfants de vos enfants… Nous avons tous le choix, nous savons que le monde est le résultat de nos actions et qu’il est plus facile de l’oublier, c’est ce que l’on retrouve dans les médias. Mais nous avons tous envie de nous élever, de voler, alors nous pouvons continuer comme nous le faisons et aller au bout du chemin pour voir jusqu’à quel point la situation peut dépérir ; moi ça me va, je continuerai toujours de chanter et de sourire ! Ou nous pouvons changer les choses.

Comment changer les choses ?

(Éclat de rire) Je ne suis pas Dieu ! Je ne fais que chanter des chansons. Je reçois les mêmes messages, apprentissages des mêmes choses que vous. Seulement pour moi, tout arrive à travers la musique. J’ai ce que vous appelez « l’imitation de l’illumination », quand j’écris, je quitte mon corps et les idées me traversent « CECI est le message que tu dois transmettre » et quand c’est terminé je ne suis plus bon à rien ! (rires)

En parlant de Dieu, est-ce que vous être croyant ?

Je ne suis pas religieux, je ne veux pas m’enfermer dans une boite, mais je crois qu’il y a une puissance qui nous dépasse, oui. Je ne crois pas aux coïncidences.

 

 
Vous travaillez sur un nouveau projet, nous avons entendu dire qu’il s’agissait de musique mais aussi de vidéo, pouvez-vous nous en dire plus ?

La seule chose que je peux vous dire c’est qu’en 2018 je vais essayer de lancer une dizaine de clips, et plusieurs inédits gratuitement. Mon dernier album contient 12 chansons, mais à l’époque de son enregistrement j’en avais écrit 62 et j’ai continué d’écrire après ça, mais mon ancien label a refusé de les sortir, alors aujourd’hui je souhaite les diffuser pour que mon public puisse en profiter… avec les clips et la danse et tout le reste (sourire).

 

 
Pour terminer, vous avez parlé de héros en début de rencontre, vous avez placé un X dans votre nom en référence à Malcom X. Est-ce-que vous avez des héros contemporains ?

Maintenant ? Aujourd’hui ? M**de !

Damien Marley est l’un de mes héros, c’est le seul des Marley qui fait honneur à l’héritage de son père.  Mais plutôt que de citer des personnes qui cherchent à faire la différence ou prétendent la faire, je préfère plutôt citer et rendre hommage à des personnes comme les Vénézuéliens ou les Burkinabés, ils se battent pour leur liberté, tous les jours ils doivent vivre dans la précarité et la pauvreté, mais ils continuent de sourire et de vivre.  

 

 

Un grand Merci à Charles X et l’équipe de la Fiesta des Suds de nous avoir permis de réaliser cette interview.

Interview réalisée par Léa Sapolin et retranscrite par Claire Viscogliosi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *