Passionnée de HipHop français et de musique à textes, en charge de la partie rap du magazine depuis mes 11ans. Également CEO d'un projet innovant dédié au HipHop.

Disiz est un artiste que nous suivons de près, de par sa singularité et sa capacité à se renouveler musicalement. Son instabilité stylistique lui permet d’explorer de nouvelles contrées musicales et de nouvelles collaborations.

Dans son dernier album, il reprend plus ou moins la casquette de Peter Punk, mais cette fois-ci, d’une manière plus assumée, et sous son nom. Nous vous avions présenté « Pacifique » en amont de sa tournée, et plus précisément, en amont de son passage à Marseille

Pour découvrir ou redécouvrir l’article, voici le lien : http://extendedplayermag.fr/2017/09/04/disiz-la-peste-pacifique/

En revanche, nous avions passé sous silence son concert, hésitant à garder cet instant pour nous, tel un souvenir si intense qui ne peut être partagé.

Pour ne pas vous mentir, nous nous étions rendus à ce concert avec prudence. Notre rencontre avec Miss désillusion lors de la tournée faisant suite à la sortie de l’album « Rap Machine », nous avait clairement refroidis.

Ainsi, malgré la beauté de l’album récemment sorti, nous avions quelques craintes. Mais finalement, ce qui s’est produit ce jour-là à l’Espace Julien, fut sans nul doute le plus beau concert de l’artiste essonnien.

Serigne a toujours fait preuve d’une sincérité extrême. Ses échanges avec le public sont intenses. Mais cette fois-ci, en plus de sa personnalité, il a apporté au spectacle une touche poétique et sensorielle.

En cohérence avec certains titres et certains visuels de l’album, le carré fut le mot d’ordre de la série de lumières qui nous submergeait. En effet, la palette de couleurs passait du rouge vif au bleu profond, les lumières se faisant faisceaux en mouvements, valsant plus que de coutume. À l’image de cet album plus chanté, la tournée a été plus imagée.

Ce concert de plus d’une heure a fait renaître notre âme d’enfant. Nous n’étions plus chroniqueurs, plus critiques, mais tout simplement fans, adolescents les yeux brillants. Disiz, cette personnalité emplie d’humilité, a repris ses derniers titres les plus empreints de sens, partageant à cœur et bras ouverts, toute son énergie et toutes ses émotions. Le concert fut magnifique et le choix des chansons si parfait. Quel artiste aujourd’hui aurait le courage, car oui c’est bien du courage qu’il faut, pour ne pas présenter ses hits sur scène ? Pas de « j’pète les plombs », Disiz a laissé place aux derniers morceaux de sa carrière. Il nous a même offert quelques exclus.

Pour une fois, ce ne sont pas les sons les plus dansants qui avaient la vedette, mais bel et bien les titres les plus touchants. Mais ceci ne veut pas dire que l’énergie et la puissance n’étaient pas au rendez-vous. Si les sons calmes ont su amener leur part de charme, d’autres sons, tels que « Menteur », ont su faire bouger les foules, au point que les hommes et les femmes se soient séparés d’une rive à l’autre de la fosse, pour finalement se mélanger à nouveau au son suivant.

La politique était aussi de la partie, mais avec subtilité et parcimonie. « Poisson étrange, » ou encore « Salaud de pauvres » ont éveillé les consciences.

 

Ce show fut tout simplement fantastique. Et comme un artiste récolte ce qu’il sème, le public en lui-même a été impressionnant. Les opportunistes du hit ne semblaient pas être de la partie. En revanche, une armée de fidèles a répondu présente, chantonnant par-dessus l’artiste l’intégralité des lyrics. La seule fois où les voix sont tombées fut lorsque le titre n’avait jamais été prononcé. En effet, ce fut pour l’exclusivité.

En fin de concert, Disiz nous glissa à l’oreille que pour cette tournée, chaque détail fut pensé, chaque image et chaque instant sonore furent imaginés et conçus afin d’offrir un réel instant de plaisir au public. Une belle réussite!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *