De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Carrément rock’n roll ? On dirait bien que l’énergie qui s’impose dès le démarrage du disque symbolise l’esprit d’un projet dédié à prendre le dessus en toute circonstance.  Le texte de la chanson dit que les Part-Time Friends sont « nés pour essayer », voilà ce qu’ils sont. Essayer d’être, en acceptant, au jour le jour, tant les épreuves que les réussites. Les unes ne vont pas sans les autres, et le résultat n’est jamais exactement ce que l’on pensait ou espérait. Il y a dans cet album quelque chose qui tient de ce type de philosophie. Pauline et Florent, en duo créatif, reviennent enrichis des expériences propres et typiques de musiciens qui s’investissent avant tout sur le fond, le contenu de leur répertoire. La confrontation avec le succès, longtemps attendu, puis les dépassant par ses aspects extérieurs aux fondements créatifs et artistiques, leur a donné une pulsion nouvelle. « Born To Try » est comme un chant optimiste, déroutant de bienveillante légèreté transmissive (« Street & Stories »). Les deux voix s’associent toujours à merveille, et l’accompagnement des chansons offre un juste équilibre avec des guitares menant le jeu tout en souplesse et dynamisme. Le mixage est aérien, spacieux à souhait (« I Don’t Mind ») et l’habillage de chaque chanson apporte son lot de séduction : les claps musclés de « Hurricanes », les arpèges reconnaissables de guitares de « Glitter In my Eyes » accompagnés de ces lignes mélodiques de synthé-clavecin – Permettons-nous au passage de mentionner le groupe américain Cigarettes After Sex, qui, en se faisant connaître, évoquait étonnamment le son et le sens mélodique de Part-Time Friends-, on y repense forcément ici. « La La La in L.A », est joyeux, imposant et optimiste. Quelque soient les propos, exprimant douleurs ou déceptions, il y a une permanence positive d’un bout à l’autre de ces chansons. Le duo, couple à la scène et non en ville, affirme avec ce « Born To Try » que, s’ils ne sont pas vraiment un groupe (« We Are Not A Band Anymore » en clôture d’album), que ses capacités créatrices sont capables de dépasser effets de mode, pressions commerciales et influences sur les personnalité. A force de persévérance, il semble que de dures étapes aient été franchies et que, désormais, il va falloir sérieusement compter avec part-Time Friends comme un indéniable talent, décomplexé et affranchi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *