De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Adoptée avec le titre « Baton Rouge », que l’on retrouve en troisième position sur cet album, la musique de Palatine a vite séduit. Une chanson synthèse d’un univers aux frontières d’un nouveau folk aux accents électriques et country, combinant naturellement l’anglais et le français, portés par une voix aux allures de fausset viril. L’attente impatiente de l’album, aujourd’hui satisfaite, a d’abord donné naissance à une impression de redondance sur la longueur. La faute à ce mid-tempo ambiant. C’est au bout de quelques écoutes que le charme opère totalement. Chaque titre est écrit et composé avec le plus grand soin, arrangé en conséquence, avec juste ce qu’il faut d’apport : son de guitare proche de celui d’un clavier sur « City of Light », violoncelle caressant sur « Baton Rouge », intro et riff fifties sur « Paris – L’ombre », une « Ecchymose » en guise de slow, intro de guitare new-wave sur « Golden Trinckets », un morceau qui dispense à intervalles réguliers ses moments de colère. Le son Palatine existe. Exemple parfait avec cette intro de batterie sur laquelle se posent des lignes de violoncelle avant qu’une guitare réverbérée n’ajoute sa couleur sur « Marions-nous » (« et nous rirons de tout »). Puis une contrebasse mène la danse sur « Stockholm », titre où Palatine assure un honorable refrain et s’offre un pont cousinant lointain reggae. Au niveau des textes, intelligents, le français reste à plus de quatre-vingt pour cent largement prioritaire. Vincent Ehrhart Devay démontre que, malgré tout ce qui peut se dire sur la difficulté d’intégration de cette langue à la musique moderne considérée rock, il existe art et manière de faire, sans qu’il soit question de complexe (« Grand Paon de Nuit », « C’était un loup »). Ne reste  plus qu’à se laisser porter par cette très belle musique, équilibrée, délivrant de généreuses et brillantes parties de guitare.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *