Esprit musical relativement cool à l’écoute du répertoire de Moonya. Moonya est une artiste solo qui définit ses compositions comme de la dream pop lunaire, logique avec un tel nom d’artiste. Sur scène, elle s’entoure de tous ses instruments, y compris un pad électronique et, bien entendu, de quoi mettre en boucle tout ce qui va lui permettre de créer ses ambiances. Il faut dire qu’elle est très forte en la matière. Le premier titre qui a fait tilt est ce fabuleux « Living On The Moon », ses synthés planants, la boite à rythmes très eighties, tendance féline et non grosse caisse claire réverbérée, type TR 808 de chez Roland pour les connaisseurs. Les guitares sont aussi très claires et fluides. Et le chant de s’associer en se fondant dans le son, comme évaporé. Avec cette chanson, en entre dans son monde, un univers fait de murmures caressants (« Time Dance » et ses vocaux superposés), de structures synthétiques inquiétantes (« I’m Setting Sail », ballade serpentine où la délicatesse des voix se mêle à la gravité musicale). Mais il y a aussi un apport folk consistant : « La Vie Passant » est globalement plus acoustique, avec des guitares associant rythmique et mélodie, augmentées au final par un glockenspiel et une simulation de cordes hyper bienvenus. Le piano en cascade qui débute « Dawning » est lui aussi une invitation au plaisir de l’écoute. On regretterait juste que les paroles, surtout celles en français ici, restent un peu trop distantes dans le mixage. Mais il semblerait que cela dépende de la volonté de l’artiste, tant ces cinq titres démontrent une belle unité créatrice, la voix s’imposant au même titre que chaque instrument, plus dans le son que dans le sens, et non comme porteur de drapeau. Bravo Moonya. On attend avec grande impatience… un album.

https://youtu.be/7f0vW9vdTLk
https://youtu.be/7f0vW9vdTLk

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *