On avait adoré une chanson parfaite signée My Concubine, « Un Parfum ». On avait aimé tout l’album (« Une Chaise Pour Ted »). Beauté de l’écriture, élégance du chant et de la mise en scène musicale. Sur ce quatrième album, non seulement les précieuses caractéristiques n’ont aucunement disparu, mais c’est encore plus loin dans la générosité que le duo a su aller. Eric Falce et Lizzy Ling fonctionnent vocalement en osmose et subtile délicatesse. Rien d’étonnant alors de découvrir des arrangements dont le détail s’inscrit dans le même esprit. Le plus souvent, les titres se positionnent sur une guitare électrique rythmique créant l’ambiance de base My Concubine. Ensuite se posent de très beaux arrangements de cordes tout en émotion bienvenue. Exemple avec « Menu Spécial ». Cela n’empêche en rien à d’autres guitares d’associer des sonorités pop intemporelles. On est loin des arrangements sirupeux souvent utilisés dans la variété. Pas étonnant non plus d’apprendre que l’album a été réalisé entre février 2011 et juin 2017. Peut-être beaucoup de temps, certes, mais surtout, aucune fausse note ni faute de goût. L’album ne se disperse jamais. Permettons-nous d’interpréter le texte de « Divin Loser » comme une tentation autobiographique d’Eric Falce. Si c’est le cas, disons qu’il ne se tromperait que sur l’idée de présenter ce loser comme un glandeur. Mais le sens de la chanson est là : « Tu n’es peut-être qu’un courant d’air Mais tu peux très bien en être fier Divin loser ». Avoir pris le temps de finaliser ces chansons est une aubaine. Cela ne peut être possible qu’en dehors de toute pression, parce qu’il ne s’agit QUE d’une pure démarche artistique, et non de la conception d’un produit à vocation commerciale. Il suffit d’écouter les textes, leur beauté, la perfection des rimes et leur rythmique, sans oublier l’originalité des thématiques. « Les Jolis Jours », « Conjugaison », aucun titre n’y échappe. « Quel talent me direz-vous Pour conjuguer sans être saoul Le vin d’ici et l’au-delà ». Ecouter au casque procure une assise encore plus confortable. Plaisir de découvrir une version bien à eux de « Ah Que La Vie Est Belle », chanson signée Brigitte Fontaine et Areski Belkacem. Nous avions été surpris de voir le clip avec la participation de la chanteuse, qui apparait sans chanter, belle image justement d’une forme d’au-delà. « Quelqu’Un Dans Mon Genre » est un album à part, de ceux que l’on conserve précieusement près de la platine… ou dans ses favoris, puisque tout se dématérialise. Par contre, obligé de le dire, le support physique est vraiment très beau. Ce serait bien dommage de s’en priver. Bravo Eric. Bravo Lizzy. Cinq étoiles !

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.