Sacré rock’n roll. Jamais en reste de réserve de belles surprises. Alors que l’on se noie facilement sous les flots de productions copiées-collées, Normcore attire plus que l’attention. Ce six titres démarre comme du Nirvana, avec une guitare rythmique très accentuée, vite rattrapée par le gros son bien grunge qui décape. « Buddy Bud » applique ses refrains sur une basse bien croquante, et la voix de s’imposer tout du long de ce titre rentre-dedans à l’efficacité sans faille. Suite avec « Back Row Kids » qui évoquerait plutôt une pop-song signée Semisonic, avec d’aussi belles guitares soignant leur savoir-faire sur une ligne de basse toujours aussi présente et bienvenue. Normcore a cette particularité, tout comme Nirvana, d’asseoir ses chansons avant tout sur la mélodie. Ainsi la norme de ce hardcore musical est-elle hyper respectable. « Daddy » repose de façon identique sur un jeu de guitares alternant parties arpégées et coups de canons rythmiques, basse en appui constant, support d’un chant à la hauteur. Sacré qualité sonore pour ce EP qualifié de slacker rock par ce groupe de Montreuil. Sacré son, mais sacrées compos. L’un ne va pas sans les autres. Le quatuor, dont deux guitaristes, se reconnaissent volontiers des affinités avec la scène indie rock alternative américaine des années 90. Et quel plaisir de les découvrir. De ces six titres, absolument rien à jeter. Si vous chercher un truc pour vous réveiller d’excellente humeur le matin – voire l’après-midi pour certains -, ce disque fera très volontiers l’affaire. De plus, il y a de fortes chances que votre bonne humeur se double d’un très large sourire. A bon entendeur. Et vive Normcore !

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *