Une tournée dense avec deux dates à Marseille, un nouvel album après la sortie en 2018 de son premier EP, un enthousiasme collectif dans les médias, on vous le dit, il faut jeter une oreille du côté de Miel de Montagne…

Miel de montagne fait de la musique ?

Est ce que vous avez vu Miel de Montagne au Moulin mi-mai ? Extended Player l’a loupé… On n’avait jamais gouté et on est passé à côté… Mais pas de déception, il revient chez nous très vite : début juillet pour le Delta Festival.

Miel de Montagne c’est le nouveau chouchou des médias musicaux. Son premier EP sorti en juin 2018 a fait parler lui, et notamment ses deux singles : « Pourquoi Pas ? » et « Slow pour mon chien ».

L’histoire veut qu’à 23 ans il ait quitté Paris pour se retirer à la campagne, loin des clubs et des tournées de house à travers l’Europe, dont il était coutumier. Mais pas de permaculture pour Miel de Montagne, il compose un EP qui cartonne et fait encore plus de dates qu’avant… Peut-être que les artistes pop à la mode se couchent plus tôt que les DJ de house, mais c’est pas non plus un retour à la nature. 

En tous cas, il a joliment travaillé. Son premier album, comme le second qui vient de sortir !

Miel de Montagne a été tout de suite juste dans son style pop-posé, disco-rétro, son univers kitsch façon fin 80’s-début 90’s. Mais avec ce LP, c’est l’approfondissement réussi d’un premier EP où tout n’avait pas été dit. D’ailleurs, les paroles sont bien davantage développées (même s’il ne faut pas non plus exagérer !). 

La musique est bonne

Son nouveau single « Amour » semble répondre au premier « Pourquoi pas?». Les skis nautiques et le complet short-chemisette mauve laisse place à la combinaison des Bronzés font du ski. Les utopies nudistes laissent la place à une idylle mélancolique avec un bonhomme de neige… C’est barré, loufoque, les textes se limitent souvent à une phrase de quelques mots pétés, répétés en boucle.

Mais tout ça fonctionne vraiment bien ! Ça chill et ça s’ambiance, ça fait rire et la musique est bonne. Les longues parties instrumentales sont très réussies. La voix, parfois réduite à l’état d’un simple sample de quelques secondes, est traitée avec originalité. En réalité, c’est souvent une nappe de son, avec une texture lisse, qui glisse sur l’oreille et demande d’être attentif pour suivre les paroles.

En quelques mots, Miel de montagne arrive à dire beaucoup, d’autant que mille fois répété, le sens évolue allègrement. Son « Petit garçon, je courrais derrière ma réalité » répété sur des sonorités façon jeu vidéo, avec un clip léger et légèrement oppressant est vraiment intéressant. 

Même si Miel de Montagne s’inscrit dans une pop identifiée parmi les groupes français de Poom à L’Impératrice en passant par Gabriel Dallen et son Petit bain de minuit, Miel de Montagne cultive son originalité et son identité. 

Une belle trouvaille du label Pain Surprise ! Vous pouvez retrouver Miel de Montagne sur la chaîne You Tube “Délicieuse Musique”.

Cet article a été rédigé par :

Avatar

Vincent est chroniqueur depuis 2015 pour Extended Player. Longtemps impliqué dans le milieu associatif marseillais en tant que président de PARNAS', Vincent a récemment créé son entreprise de production NATCHEZ MUSIC, il développement également GEPAIETO, service dédié à la gestion sociale des intermittents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *