Un disque qui a bien tourné cet été et qui va continuer de le faire. Mieux qu’une compilation, ces dix-huit titres, enregistrés live au Old Granada Studio dans le cadre du Manchester International Festival (MIF), où New Order s’est produit pour cinq concerts, devrait rester dans les annales. Historiquement, c’est sur cette scène que Joy Division a fait ses premiers pas télévisuel. On ne l’entend pas sur le disque, mais pour les concerts un environnement immersif en symbiose avec la musique a été créé spécialement par l’artiste Liam Gillick. Et le groupe a été accompagné par un ensemble de douze synthétiseurs du Royal Northern College of Music. Question son, c’est effectivement grandiose. S’il n’y avait les applaudissements du public et les remerciements à la fin des titres, cet enregistrement pourrait faire croire à un véritable album studio. Rien que « Times Change », l’instrumental en intro pose le décor. New Order, c’est un double pan d’histoire.  Si le premier, avec Ian Curtis au chant, créait un pont entre musique punk, new-wave et techno-électro, New Order a développé pleinement un son inimitable, mais ô combien inspirateur pour les générations suivantes. Lorsque le groupe reprend « Disorder », forcément sans Ian, on constate combien Joy Division et New Order ont marqué l’histoire de la musique. Ici, les deux groupes ne font plus qu’un. Inimitables son et jeu de basse, même si Peter Hook est remplacé par Tom Chapman, remarquables parties de batterie de Stephen Morris, omniprésence synthétique avec Gillian Gilbert et Phil Cunningham, et parfois ces incursions de mélodica (« In A Lonely Place », « Your Silent Face ») qui inspirera plus tard Gorillaz. Et puis Bernard Sumner et cette voix unique, à la nonchalance apparente, mais tellement présente et posée. On a droit à « Sub-Culture », « Shellschock », « Bizarre Love Triangle », « Plastic », « Decades », « Elegia », avant de terminer avec un tout aussi historique « Heart And Soul » précédant un logique « Behind Closed Door ».  De quoi permettre aux plus jeunes de mieux saisir des éléments si importants dans l’évolution des musiques telles qu’elles sont devenues aujourd’hui, à l’instant T comme on dit souvent. Bien plus d’une heure d’excellence. Absolument tout à prendre !

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *