Quel frappant contraste ! Ali Barter, chanteuse folk australienne ? Ce que l’on peut bien croire dès « Lester », le titre acoustique qui ouvre l’album. Mais attention, coup de feu dès « Ur A Piece of Shit ». Ne serait-ce qu’avec le titre, on se trouve tout de suite en terrain miné. Trop tard. On ne peut plus reculer. D’autant que cette dynamite est fort plaisante. On parle parfois d’envoyer du bois quand le rock sent bon la sueur et la chaleur des lampes des amplis. Le son est là, les riffs, les gimmicks. Ça continue avec « History Of Boys ». Puis « Big Ones » introduit la finesse de couplets reposant sur une guitare chorussée de bon aloi,  avant de lancer ses refrains comme le ferait un Pixies malin qui appuie à ce moment précis sur sa pédale de distorsion et se la pète en jouant à donf. Bon ! Possibilité de retour au calme avec une pause au « Cocktail Bar ». Inutile de s’énerver. Continuité d’esprit avec « January », un titre qui monte progressivement en intensité, mais conserve un minimum de douceur, jusqu’à un envol des plus surprenant où la chanteuse se met à hurler, d’une façon… très personnelle ! Et autant dire que ça le fait. Ali Barter est capable de beaucoup de choses. Et tout ce qu’elle propose est réalisé dans les meilleures exigences du monde de la pop et du rock. Une règle qualitative qui fait de ces onze titres une œuvre singulière qui semble au final ne rien devoir à personne, et imposer sur le devant de la scène une artiste hyper prometteuse. A l’écoute, on imagine bien son charisme une fois lâchée sur les planches, une guitare entre les mains, le micro bien devant, et un band qui assure comac. Ali maîtrise les excès – écoutez les contrastes soniques de « Magoo » -, et garde le contrôle de bout en bout. Oui, elle fait de son mieux et rassure en affirmant son honnêteté : « I Won’t Lie ». Elle le clame dans un final dont la mélodie de coda devient une tournerie qui sera reprise en chœur avant de disparaître discrètement.

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *