Il est très jeune, il a la banane, et il fait salle comble : c’est le phénomène Moha La Squale. Il ne lui a pas fallu plus d’un an de rap et plus d’un album pour avoir son lot de groupies et attester sa notoriété.

Du haut de ses 24 ans, le gamin a du mérite : il a su trouver son style au sein d’un HipHop qui s’éparpille entre bling-bling et street. Lui, à l’inverse, ne s’éparpille pas : il sait ce qu’il est, ce qu’il vaut et ce qu’il veut. À travers ses textes emplis de sincérité, il s’exprime, raconte son quotidien poignant, son amour, ses valeurs. Un rap qui reprend les codes des années 90, mais qui est étonnamment doté de niaque et de volonté. L’artiste transpire la rage de vaincre. Des textes travaillés et des rimes appuyées, une façon d’insister sur les mots qui facilite leur compréhension. Le jeune Moha la Squale fait partie des rappeurs à la diction franche et posée qu’on écoute telle une narration.

En guise de présentation, il nous propose son titre « Bendero », du même nom que son premier album, dans lequel il s’autoproclame « ambitieux », mais « pas chanceux », et comme « Rigoler, il aime pas ça, il a la tête dans les aires-ffa » il s’est lancé pleinement dans la musique en optant pour une productivité efficace qui ne laisse pas de côté la qualité.

 

Pas de morceaux sans image, Moha est de cette génération qui vie avec les nouvelles technologies et s’empare des réseaux. D’ailleurs, chaque dimanche, il nous balance une nouvelle vidéo et fait la joie de son audimat.

Sur scène, on sent qu’il manque encore de professionnalisme : le playback est bien trop souvent au rendez-vous et il a fort tendance à tendre le mic au public à chaque refrain. Cela enlève une part de crédibilité à son show. À contrario, le mec a du charisme, il a même BEAUCOUP de charisme et une énergie qui dépasse toute attente, le tout agrémenté de pas de danse et d’une prestance qui sait trouver sa place et faire hurler les demoiselles une fois le t-shirt à terre. Ses shows sont disparates, on l’a adoré à Marsatac, on a été déçu lors de la dernière date de sa tournée au Moulin. Mais ce qui est sûr c’est que l’artiste aime la scène et que, malgré sa courte discographie, il n’est jamais impatient de quitter le public, au point d’interpréter son morceaux « Luna » plus de trois fois.

 

En résumé, Moha la Squale, c’est un artiste au potentiel énorme, qui a déjà trouvé son public. Un artiste qu’on a hâte de voir évoluer !

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR :

Avatar
Léa Sapolin
Rédactrice en chef adjointe et webmaster du Magazine.
Passionnée de HipHop français et de musique à textes, en charge de la partie rap du magazine depuis mes 11ans.
Chargée de communication à mon compte et chef de projet Web à Oxatis.
Projet perso en cours : www.omega-13.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *