Birahima, jeune bambin au regard néophyte, nous embarque à la découverte des causes et raisons des situations politiques africaines les plus complexes. Muni de ses quatre dictionnaires : Le Larousse, le Petit Robert, l’Inventaire des Particularités lexicales du français d’Afrique et le Harrap’s, il fera bien plus que de nous apprendre le Malinké et autres dialectes.

Conflits, manipulations, guerres, tout y passe. Mais son ingénuité abreuve le récit de commentaires perspicaces, cocasses et insolites. Ainsi, chaque acte indécent ou singulier semble banalisé. On comprend les horreurs des guerres tribales, l’implication intéressée du FMI, les décisions absurdes mais inévitables de l’ONU, le refus des aides apportées par les ONG, la fusion meurtrière entre la religion et la politique, les sacrifices aux causes infondées, les aberrations des dictateurs. On comprend. Et si notre sentiment de révolte s’amoindrit peu à peu, on n’en ressort pas moins touché, affligé.

Finalement, Ahamadou Kourouma rend compte d’une dégénérescence africaine à travers un personnage émouvant. Quand l’instructif rencontre le narratif aussi vertueusement, on adhère.

Prix Renaudot 2000 – Prix Goncourt des lycéens 2000 – Prix Amerigo Vespucci 2000

Allah n'est pas obligé

 

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR :

Avatar
Léa Sapolin
Rédactrice en chef adjointe et webmaster du Magazine.
Passionnée de HipHop français et de musique à textes, en charge de la partie rap du magazine depuis mes 11ans.
Chargée de communication à mon compte et chef de projet Web à Oxatis.
Projet perso en cours : www.omega-13.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *