Balthazar ne cessera donc jamais de nous surprendre !

 

thinWallsAvec leur pop originale, sans fioritures inutiles, le quintet belge nous offre une fois de plus une fresque hétéroclite de musiques toutes aussi captivantes les unes que les autres. L’album “Thin Walls” oscille entre une réminiscence moderne du rock old school et une pop lancinante particulièrement singulière.

Depuis le succès de leur deux premiers albums, « Applause » en 2010 et « Rats » en 2012, grandement plébiscités par le public et salués par la critique – tous deux nominés album de l’année aux Music Industry Awards – Balthazar a su se hisser en tant que figure emblématique de la pop innovante, aux côtés de groupes tel qu’Alt-J.

 

Avec « Thin walls », ils mettent une nouvelle pierre à l’édifice de la musique populaire moderne, guidée par une inspiration que l’on sent libre, sensitive et fédératrice.

 

Ben Hiller, producteur de groupes tels que Blur, Dépêche Mode, Doves, a su de nouveau flairer la piste du bon son en s’associant à Balthazar pour cet opus.

 

thinWalls2Les titres « Night club », « I looked for you » et « Then what » dépeignent une parenté aux monuments que sont Iggy Pop et Lou Reed, notamment dans les parties vocales. Le traitement des sons de l’album est atypique et foncièrement séduisant. Si la mélancolie est toujours présente dans cette œuvre, Balthazar a su disséminer la fraicheur dans ses titres, notamment « So easy », une ballade candide et pittoresque et « Last call », une aquarelle atmosphérique et énergique.

 

Le titre immanquable de l’album est « Bunker »: une basse répétitive et envoutante, des envolées mélodico-harmoniques sous forme de nappes données par les cordes et une ambiance spleenesque portée par les voix saura toucher même les cœurs les plus endurcis.  Ne pas oublier non plus « Decency », petit bijou et titre introductif dispensant une atmosphère particulière donnée par les cordes, élaborant des thèmes emprunts de chromatismes.

 

En bref, si vous êtes passé à côté de cet album, il n’est pas trop tard pour vous prendre une gifle dont vous vous souviendrez. Espérons que Balthazar et ses deux compositeurs, Marteen Devolder et Jinte Deprez ne vont pas nous faire attendre trop longtemps avant la sortie d’une nouvelle pépite.

 

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR :

Avatar
Raphaël Carlier
Musicologue, musicien et rédacteur spécialisé en musique Pop et électronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *