Comme de la musique classique, mais pas tout à fait si classique, hormis dans le son. Un quatuor à cordes qui attira notre oreille par des premières notes évoquant quelque chose de précis, « tiens, on dirait… » Oui, mais quoi ? Puis la ligne de basse assurée par la contrebasse (ou le violoncelle car apparemment il n’y a pas de contrebasse) allume la lumière, reprenant la célèbre ligne de séquenceur de Giorgio Moroder. Il s’agit de « Chase », le thème principal de la B.O. de Midnight Express. Quel plaisir de découvrir ce titre joué ainsi de façon totalement organique. Kaiser Quartett s’est d’abord fait connaître en accompagnant des artistes tels que Chilly Gonzales ou Jarvis Cocker (chanteur de Pulp), parmi bien d’autres. Cet album est le premier qu’ils publient sous leur nom. A part cette « cover » Morodorienne, il d’agit de composiitons d’ordre personnel. A la vivacité de « Graussraumdisko », au  violoncelle profond de « Etüde » ou de « Skate », on aura envie de faire cette comparaison facile avec les fabuleux 2Cellos. Mais la démarche est assez différente en ce sens que Kaiser Quartett ne présente pas d’ambitions conceptuellement tournées vers le spectaculaire. Si l’on connait le travail des Miracles Of Modern Science, on n’hésitera pas non plus à s’en référer. Ces derniers ajoutent la mandoline à leur son, mais sont plutôt connus eux aussi pour un répertoire de reprises. Ici, le travail se fait principalement sur une orchestration évolutive, posant des ambiances, le plus souvent lentes et calmes, pour muter en profondeur et gravité(« Pfingsten », « Hausaufgabe »), ou en énergie à la gaieté non feinte (« Schramm » et ses heureuses parties de pizzicati), ou encore vibrer entre ces deux tendances avec « Vorsprung ». L’album se termine avec une version rappée de « Skate ». Le flow et la majesté de la voix de C-Ray Walz donne une emprise encore plus dramatique aux accords quasi sépulcraux de violoncelle qui ponctuent le titre, lui donnant une dimension impressionnante et émouvante. Peut-être une porte ouverte vers de futures très inédites productions. Grand bravo !

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *