Très appréciable ce démarrage mid-tempo, la guitare hachurant une rythmique bien campée, sur laquelle se pose un chant exactement comme on pouvait l’espérer. « Edge of anger » ne sombre à aucun moment dans cette tendancieuse et bourrine envie de soudain partir à la renverse avec des assauts d’accords saturés clichés et sans intérêt. Le cap est en toute beauté maintenu avec une admirable précision. Seconde surprise avec cette inattendue intro au synthé pour « The last of us », où l’on comprend que les ROR – comme on les appelle le plus souvent maintenant -, jouent dans une cour avant tout mélodique. Le refrain est élancé, les arrangements exigeants. Et puis le premier solo que l’on entendra sur l’album montre aussi cette volonté de perfection dans le moindre détail. Chacun de ceux que l’on entendra sont travaillés. Le son, la mélodie, le placement et le mixage dans le morceau sont parfaits. Le groupe existe depuis 2014 et cet opus est leur troisième album. Leur « God save the queen » à eux est aussi un pur concentré d’énergie qui met le feu au répertoire juste avant de passer à un titre plus blues (« Blue diamond road 2019 ») qui ne tardera guère à monter en intensité pour un enchainement sans encombre avec le rapide « Raw power ». La guitare sait assurer des riffs généreux (« On the other side »), des arpèges réverbérés (« I’m walking »), et d’excellents solo, comme nous l’avons dit tout à l’heure. La basse est à l’honneur sur « Right or wrong » avec une présence active et impitoyable. « Breaking my mind » clôt l’album en point d’orgue – des petites effluves d’un certain hôtel californien dans le son et la suite d’accords, un très percutant thème musical avec son calme et ses tensions, et surtout cet arrangement de cordes qui vient enrichir de ses envolées le talent créatif de la République du Rock’n Roll. Ses envolées, et sa très belle coda, tout en douceur. Bravo les gars. Envie de vous suivre ! Comme disait Bashung, « continuez comme ça ! » Et n’oublions pas de signaler cette remarquable pochette.

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *