Rien d’autres que des critiques dithyrambiques au sujet de Thom Jones. Un dossier complètement justifié. « Sonny Liston était mon ami » recueille des nouvelles à la force rare. Des personnages aux prises avec les réalités sombres de la vie. La guerre, les maladies graves, le sexe comme question existentielle d’une jeunesse en marge… Les milieux dépeints n’ont rien à voir avec le confort doré de la société moderne. Au contraire, Thom Jones plonge là où rien ne va plus, connectant le lecteur avec un réel extrêmement détaillé, au point de le mener à l’essence du ressenti de ses anti-héros, jusqu’à pénétrer leurs douleurs ou leurs petites joies.

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *