« Autant En Faire Quelque Chose Plutôt Que Rien ». Jean-Louis Murat assure avec une pochette d’album dont l’originalité est à l’image d’une réputation inédite pour un artiste français. Un agricultureur que l’on ne comparera à aucun autre, sinon, pourquoi pas Neil Young et sa capacité créatrice apte à frayer tellement de chemins différents sans pour autant perdre son identité.  Ce disque est un album enregistré en public pour les huit premiers titres, le 23 novembre 2018 au Toboggan à Décines, lors de la tournée Il francese. L’amoureux (Innamorato en italien) est sur ce répertoire le glorieux guitariste du trio. Avec Fred Gimenez à la basse, et Stéphane Raynaud à la batterie, Jean-Louis dès l’intro, s’exprime d’abord en formule guitare solo. On pensera régulièrement à Jimi Hendrix par l’utilisation d’accords dans l’esprit « Little Wing ». Mais Murat joue Murat. Pas d’effet démonstratif recherché, juste ce prolongement émotif accouplé aux mots d’une poésie nostalgique engagée. La tournée « Muragostang », période « Mustango » et « Le Moujik Et Sa Femme » avait mis les synthés à l’honneur, écrin passionnel pour la guitare et la voix de l’artiste. Cette fois, la sobriété met à nu la fleur de peau torturée d’un artiste égal à lui-même dans sa réputation, paradoxale, mais ô combien sans concession, eu égard à la profession dans son ensemble (maison de disque, journalistes…) Il se concentre sur la vibration, sur l’artistique. A trois, juste trois, Jean-Louis Murat démontre comment ses talents de guitaristes prolongent cette capacité à dire. Il y a les mots, et il y a le courant qu’impulsent des notes jouées d’une façon « amoureuse ». Le jeu de guitare, le son de l’ampli, quelques effets. Les phrases se prolongent au-delà du sens. Très beaux « Kids », « Il Neige », très long et lancinant « Marguerite de Valois », récitatif (sans guitare pour le coup) « Je Me Souviens », puis violence des accords  pour « Les Jours Du Jaguar ». Concert-portrait complet d’un Jean-Louis Murat au faîte de son art. Les quatre titres studio qui suivent, sont des inédits qu’il aurait été malheureux de manquer. A commencer par « Ben », où JLM semble allusionner autour de l’autotune, mais bien loin des dérives générales. On en réentendra un peu dans « Cœur D’Hiver », chanson qui n’est pas sans nous rappeler aux bons souvenirs de « Cheyenne Autumn ». Puis terminus avec un « Par Toi-Même Hideux » dont la lancinance et la longueur rapproche encore une fois Jean-Louis de Robert (Bob Dylan), l’homme aux interminables couplets. Murat-Zimmerman, s’il s’agissait d’autant en faire quelque chose, c’est largement gagné.

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *