Pas le temps de dormir. De grandes claques de guitares, un chant secoué, quelques trébuchades – comme les dernières mesures de « The Story Of A Legendary Man ». ça commence très fort pour ce sept titres du Club. Le quatuor revendique des essences rock-punk-stoner-rockab’ et alternative Capable de proposer un instrumental basé uniquement sur une rythmique de guitare électrique (« Something Special & Different Part I »), le combo envoie le napalm avec une énergie qui les place quelque part entre les Stooges et At The Drive In. Avec la basse ronronnante et sauvagement féline de« Da Dispute » ou le chant écorché de « Bellechasse », on navigue en territoire cosmique. Ce que confirme la phrase de guitare volante mise en boucle pour « Something Special & Different Part II », seconde et brève partie instrumentale (une minute cinquante-trois). Tout va très vite, pas question d’ennuyer le public, et pas le temps pour les lascars de se perdre dans d’inutiles conversations. Seul « Call It A Day » dépasse les quatre minutes et shunte son final pour disparaître en douceur. Club Bombardier laisse planer le mystère sur l’origine de ses membres qui viennent tous d’autres projets apparemment reconnus. Raison de plus pour aller les découvrir de toute urgence.

Teaser Club Bombardier

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR :

Avatar
Marc Sapolin
De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *