En cette soirée de mi-décembre, le 14 pour être précis, j’ai quitté ma terre marseillaise pour me rendre sur Istres. Tourisme nocturne ? Que nenni !
Nous avions rendez-vous avec Eddy De Pretto, qui projetait de faire salle comble à l’Usine.

Le jeune homme parviendra-t-il à nous réchauffer, vu la température extérieure à faire frissonner un glaçon ?

Une fois rentré dans la salle, le constat est clair. La salle est remplie et la foule s’est déplacée en masse.
Pas de doute que le jeune cristolien de 25 ans a su trouver son public.
Première fois que je foule le plancher de l’Usine, et il n’y a pas à dire, ça en jette !
Sobre et austère, le lieu dégage un véritable caractère et se révèle propice à une belle scène !

Et c’est Naë qui ouvrira le bal en première partie. Jeune chanteuse au style RnB, qui a déjà un beau parcours derrière elle (que je découvrirai par la suite), et qui nous livre une prestation fortement soul.

Accompagnées d’un padeur et d’un claviériste, les instrus sont minimalistes, mais pas pour autant simplistes.

Tempo lent et lights mauves installeront définitivement l’univers de la chanteuse à la voix pleine d’émotions.


Après cette relaxante prestation, changement de plateau rapide, et c’est au tour de notre star de la soirée de faire son entrée sur scène.
En ce qui me concerne, j’en connais peu sur Eddy De Pretto, et j’étais curieux de voir comment le jeune chanteur, qui habituellement s’accompagne seulement de son iPhone, allait parvenir à faire bouger une si grande salle.
Et boom ! C’est parti ! Eddy, un iPhone branché, un batteur derrière lui… et c’est tout !
Et il n’en faut pas plus !
J’en profite avant de commencer pour justement remercier ce batteur black aux tresses virevoltantes pour sa prestation durant tout le show, et qui m’a scotché aux premiers impacts de son kick et de sa snare… Saisissant !

La lumière est belle. Sur un thème blanc, la scène est lumineuse et retranscrit un univers sobre et rêveur, comme si Eddy s’efforçait de clamer tout ce qu’il avait à dire sur et dans ce monde conforme et aseptisé.

L’acoustique est top ! Les balances entre la voix, la batterie et les séquences sont fichtrement bien maitrisées.
Eddy nous délivre une performance fort appréciable, tantôt énergique et survitaminée, tantôt sombre et envoûtante.
Il se paiera même l’audace d’interpréter un morceau de JUL, repris à sa sauce, qui ne fera pas l’unanimité à l’annonce de celle-ci aux vues des huées du public, mais qui aura mis tout le monde d’accord une fois les dernières notes jouées.

Je terminerai en affirmant avec plaisir que ce trajet jusqu’à Istres valait bien le déplacement (surtout que ce n’est pas moi qui ai conduit !) et ce fut un grand plaisir de découvrir ce jeune artiste prometteur et plein de talent sur scène. Et je recommanderai fortement, à qui n’y a pas encore jeté une oreille, de se laisser porter par les textes plus que pertinents d’Eddy De Pretto.
Vous n’en sortirez que plus conscient !

Cet article a été rédigé par :

Musicien/compositeur autodidacte et passionné, fondateur de MELODRI Production

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *