Premier album, « Un », réalisé en solo. Second opus, « Tempéraments », travaillé avec Amaury Ranger et en partie en Angleterre dans le studio d’Ash Workman, qui a entre autres collaboré avec Metronomy et Christine And The Queens. Douze nouveaux titres qui paraissent en toute logique dans la continuité spirituelle des productions initiales, mais présentant néanmoins un développement plus poussé au niveau des arrangements, comme dans « Dis-Moi Qu’T’Y Penses ». L’intensité synthétique prend ici encore plus de corps, étreignant des guitares cocons (« Essentiel ») pour partager le subtil envol de la voix de Malik. Il s’agit d’un tout dont la cohérence est encore plus palpable lorsque l’on atteint la huitième piste de l’album, « A Tes Côtés », fabuleux duo, co-écrit et chanté avec Etienne Daho. Superbes échanges vocaux, audacieux tissage invitant à la transe grâce à son séquenceur hypnotique – on se permettra juste de citer ici une autre très belle production en écho, réussie, celle de Noël Matteï avec le titre  « H.E.L.P. » co-écrit avec Lux For theMonster, qui nous avait procuré le même émoi. Alors Malik enchaîne avec « Aussi Jolie », plus organique dans son acousticité enjouée, bien que posée sur son matelas électro : « J’aime quand tu t’agites, tu ressuscites la terre entière ». De toute évidence, il existe bel et un bien un son Malik Djoudi. Impossible de ne pas le reconnaître. Impossible de le confondre avec n’importe qui d’autre. L’univers musical bénéficie d’une forte personnalité aujourd’hui bien assise, imposant une unité sonore « caractérielle », intégrant la voix au même titre que la synthèse instrumentale. Un modèle déposé jamais contredit. L’étrangeté et le mystère de « Tempérament » ou « Folie Douce », les échos de « Au Jour Le Jour » : « Tu m’as jeté un certain sort, J’allais parfaitement dans ton décor », l’imparable et mélodique « Autrement », les infrabasses et les oiseaux de « Train De Nuit ». Nous restons dans l’apesanteur rêveuse que figurait la pochette du premier album, sauf que le guerrier solitaire perdu sur son météorite immobile dispose aujourd’hui d’une très belle audience. Et cela n’en est que plus réjouissant.

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *