Keith B. BROWN semble répondre à la question du renouvellement du blues. Armé d’une guitare, il attaque un répertoire sensible où l’acoustique se taille une très belle part. De titres d’inspiration très classique comme « All the wrong moves » à des tempos country (« All I need »), Keith B. BROWN parvient à atteindre, sans pour autant trahir le blues, des dimensions plus rock (« Bad Luck Child »), voire pop (« Sweet Pretty Music »). Capable d’assurer seul ses sets scéniques, l’artiste a su s’entourer pour cet album de Jason RICCI, harmoniciste classieux, d’Olivier MONTEILS à la batterie présente exactement là où il faut, de Marc TELESCA à la basse, et d’Etienne PRIEURET à la seconde guitare. Globalement, cet album est une parfaite réussite en matière de jonction entre tradition et modernité. Ce n’est pas pour rien si Keith B. BROWN, au-delà de ses talents musicaux, a été interpelé déjà à deux reprises au cinéma. La première pour interpréter SON HOUSE dans « Stop Breakin’ Down » le film de Glenn MARZANO, et, plus récemment, le rôle de SKIP JAMES dans le film de Wim WENDERS « The Soul of a Man », dans la série des films sur le blues initiée par Martin SCORSESE. Les origines (Memphis/Tenessee et Greenwood/Mississipi) ne sont certainement pas sans impact sur le parcours de celui que la presse américaine reconnait aujourd’hui comme une référence absolue du blues dans cette nouvelle génération d’artistes africains-américains.

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *