Quand on a suivi un tant soit peu l’histoire musicale du siècle dernier, il a été question, à un moment donné, d’une formation du nom de Mathis & The Mathematics. Un esprit musical légèrement débridé, voguant entre la soul et un blues-rock cherchant de nouvelles voies. Il s’agissait du même Mathis. Entre cette époque et aujourd’hui, le guitariste a voulu fluidifier son répertoire, resserrer les influences, et en fin de compte, réellement personnaliser les nouvelles chansons. Cette épure a donné « Playing My Dues », l’album précédent, révélant un aboutissement musical et formalisant l’existence d’un blues européen. Cette fois Mathis enfonce le clou. Dans une chambre d’hôtel du sud de la France, muni du strict minimum, en présence d’un chat, mélodies, arpèges, picking, riffs, ont pris vie sous les doigts du musicien, inspirant une voix trouvant les mots justes d’émotions pour faire de ces douze titres un condensé affectif rare. D’une très belle « Song For My Brunette » à des titres plus enlevés comme « Carnival Train » ou « Cannibal Dancer », Mathis a enregistré, avec la complicité de Jean-Jacques Milteau à la production, une suite féline où les guitares sont reines. Globalement dans les mid-tempo, cet album impose des jouissances très acoustiques. L’électricité, elle, vient imposer une griffe intérieur, certainement celle, toute particulière, des authentiques bluesmen. « Sad And Lonesome Day Blues » !

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *