miriam_lieberman_pochette_birds_of_the_moon_0814


Sublime album, sublime pochette. Grâce, poésie, beauté. Miriam Lieberman parvient à composer des chansons intemporelles et hors-mode, tout en restant ancrée totalement dans son époque. Ni musique du monde, ni jazz, ou un peu de tout. Simplement des chansons très inspirées portées par un chant habité à la puissance délicate. Un travail de perfection naturelle où l’artiste, composant soit à la guitare, soit à la kora – instrument inhabituel pour une australienne – a su s’entourer d’un joli duo de cordes avec Kate Adams au violoncelle et Lara Goodridge au violon, chacune prêtant la voix pour les chœurs.

miriam-lieberman-trio-2-800x500

Les harmonies sont en osmose à tous les niveaux, ne s’éloignant jamais d’une douce finesse, comme sur « Incantation » où la kora ressemble tant à une harpe et où la fluidité semble source intarissable de poésie. Et puis, là où Melanie Horsnell, l’australienne gypsy harmonieuse, est comme un papillon, Miriam Lieberman chante le « Butterfly Boy », celui qu’elle aimerait retenir, grâce à la pluie, sinon… Mais l’homme papillon dit « Suis ton cœur, n’attends pas de tomber avant d’avoir commencé. » Son bagage est une valise emplie de livres sur les étoiles. Esotérisme ou fantasmagorie, des chants comme des prières, hymnes à la vie et à la beauté face à la fragilité de sentiments contraints par l’essence du monde et des éléments qui le composent. L’album se termine avec un chant traditionnel guinéen, « Benta », ouvrant tous les horizons alors que le voyage musical se termine. Miriam Lieberman libère toutes les émotions grâce à la perfection d’un chant maîtrisant des difficultés qui, chez elle, conservent un naturel tellement engageant et généreux, tout en élégance. « The moon is fading into white, Opening these water coloured skies, And my belly burns cause I know I’ve so much left to learn » (« Crack Of Dawn »).

 

Miriam Lieberman portrait

Miriam Lieberman portrait

[email protected]

miriam-lieberman-9-800x500

Miriam Lieberman portrait

 

Miriam Lieberman portrait

 

 

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR :

Avatar
Marc Sapolin
De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *