Pochette Good morning Motherland - Bears of Legend


Allez, un petit tour en arrière, pas loin de la dévolution inventée par Devo à la fin des années 70. Après la découverte de Bears Of Legend avec son dernier album, « Ghostwritten Chronicles » (Chronique en ligne sur le site), trop envie de parler du premier, paru en 2012. Voilà l’objet, déjà livré avec une aussi jolie pochette, cartonnée et illustrée. Une façon « à l’ancienne », comme un signe synonyme de qualité et de solidité, de valeurs revendiquant une authenticité perdue. Pas loin d’un esprit « Into the wild », le titre d’ouverture assume : « Je vis près de la rivière, regardant les oiseaux. Ils chantent leurs chansons d’amour. Le vent dans les branches purifie mon corps et mon âme. » Le groupe canadien crée le renouveau d’un folk en devenir, la future musique traditionnelle d’une époque torturée par ses problèmes environnementaux. Alors les Bears Of Legend y vont à fond. Telle une tribu, la bande de musiciens et chanteurs investit directement les territoires vierges, les grands espaces, accompagnés des instruments de tout bois. Guitares, mandoline, piano, violoncelle, et même l’accordéon. Suivre les chemins, traverser les forêts, longer les rivières. Chanter la vie. Et ne jamais oublier, comme l’écrivit Christopher Mc Candless alias Alexander Supertramp, peu de temps avant son dernier souffle, «  le bonheur n’est réel que s’il est partagé ». On les entend, les sourires des sept Bears Of Legend. A croire qu’ils sont écrits sur la partition. De la dynamique de « The Forest Guide », à des ambiances quasi indiennes («Cantilena Star » par exemple), on sent l’élan commun en permanente présence. Des morceaux courts, d’autres épiques. Le piano qui irrigue de ses mélodies. Les chants en osmose. « The Old Machunazhi » autour du feu de bois, et « Stand Up » final, démarré en balade et décliné comme un chant de guerre, au sujet des territoires indiens justement… Profond et puissant. Magnifique. Un hymne à la vie.

 

 

Bears of Legend 3

Bears of Legend en scène

 

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR :

Avatar
Marc Sapolin
De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *