Pochette_garner-enplein-coeur

 

 

 

 

 

 

 

Intro électro, bien claquante, mais en retenue, doublée d’un sifflement imposant l’association à l’humain. Garner cette fois affirme sa volonté de vieillir avec elle : « Je veux avec toi, vieillir, vieillir. Mais n’en abuse pas ». Ce sont ici cinq nouvelles chansons qui sont proposées, travaillée dans la finesse de l’écrin synthétique à la double dominante. Il y a l’assise, où les basses, entre autre, s’imposent en puissance et clarté. Et il y a tout un travail d’ambiances en superposition ou intercalage. Car dans ce disque, il y a beaucoup de hachures rythmiques, comme des brisures de tempo, installées pour mieux lâcher l’impact de refrains soutenus. Une évidence dans « La Nuit Tu Dors », par exemple, qui gagne en entrain, filant presque sur une ligne disco. Garner maintient le cap en direction d’un horizon très personnel, évitant absolument tous les clichés, puisque l’on sent bien que l’artiste évite tout décrochage dans la facilité et que le terme concession semble ne pas appartenir à son vocabulaire. C’est bel et bien de la chanson, dans une continuité évoluant tout en maîtrise depuis l’album précédent – « Bas Les Armes », à retrouver dans les chroniques d’Extended Player -, qui se présente ici, avec une farouche envie de distinction. Et c’est bien cela qui est plaisant, car au-delà de tout aspect gratuitement prétentieux.

 

Garner verso

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *