Projet fou ? Délire collectif ? Qui se cache derrière ce Scott Bradlee’s Postmodern Jukebox ? On met la pièce dans l’appareil et on sélectionne les titres souhaités. Il y a de quoi faire largement avec ces dix-neuf titres. Le plus alarmant est cette capacité de relecture aussi confondante, telle le rythme de valse impulsé à « Get Lucky », l’apparence faussement opéra insufflé à « Royals », le fiévreux « Seven Nation Army » en number one, ou encore ce « Hey Ya ! » complètement innovant et furieusement jazzy. Et quel tempérament vocal. Un talent de surpuissance extravertie. Bluffant de langueur sur « Creep ». Hyper sensuel sur « All That Bass ». Sensuel, voire sexuel, sur « Oops !… I Did It Again ». Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’y a pas qu’une seule chanteuse dans ce projet mené par le pianiste new-yorkais Scott Bradlee, puisque son Postmodern Jukebox est un collectif composé de plusieurs groupes que l’on peut retrouver au gré des différentes vidéos publiées sur YouTube. Ce principe de base a permis à Scott Bradlee de se faire connaître, tout d’abord en se frottant au répertoire du groupe Nickelback, luis offrant couleurs et saveurs R’n B et sonorités sixties. Il est aujourd’hui reconnu à travers tous les Etats-Unis et son succès commence à déborder très largement de ces frontières. Il faut dire que la production se révèle être du très haut-de-gamme : « C’est mon souhait que cette collection vous amène à découvrir un univers de nostalgie pour la musique du passé et vous accueille chaleureusement dans notre communauté de formidables interprètes, d’artistes innovant et de passionnés de musique. » Avec ces quelques mots, tout est dit. On va craquer sur Haley Reinhart, Robyn Adele ou encore le fameux Puddles Pity Party (“Royals”). Et l’on entendra même Thomas Dutronc pour son « Comme Un Manouche Sans Guitare », ainsi qu’une reprise d’un  titre de Vianney avec « Je M’En Vais »…  Postmoderne, Vintage, Nostalgique, Futuriste, Paradoxal, Séduisant… il suffit de regarder quelques clips :

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR :

Avatar
Marc Sapolin
De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *