Grand plaisir de découvrir avec un peu de retard cet album d’Arnold Turboust. S’il reste le héros musical de « Tombé Pour La France » d’Etienne Daho, il fut aussi l’audacieux chanteur de « Mademoiselle Adélaïde ». Mais, comme beaucoup de choses en matière artistique, on limite très souvent les individus à quelques références, sans prendre le temps de découvrir plus avant l’ensemble de la production. Bon, avec Arnold, impossible d’éviter la référence à Etienne Daho. Question de timbre de voix – ce qui a dû jouer au moment de la création du tube suscité. Alors pour revenir précisément à cet album, il s’inscrit sans pâlir ni dénoter parmi tout ce qui se fait à l’heure actuelle. L’idée d’une nostalgie quelconque peut transparaître éventuellement en fonction d’une chanson écrite « En Rêve », comme ce « Que La Fête Commence », sur une mélodie retenue, presque triste, ou imaginant « Ma Septième Vie ». Mais c’est que les tempos n’ont pas besoin de jouer les excès de vitesse pour exprimer la créativité d’Arnold, pour positionner son jeu de claviers, et surtout, ses mélodies, le plus souvent imparables et séductrices. Superbe titre comme « Souffler N’Est Pas Jouer », ou « En King Size », jusqu’à l’instrumental « Code Spg » qui clôture l’album . Il y a toujours un petit truc, une accroche sympathique, exemple avec le banjo de « Ma Danseuse », l’art et la manière de scander les mots sur « Le Soleil Et La Lune », puis les harmonies vocales développées sur le refrain. Les ambiances sont souvent très aériennes comme sur « Tout Est Dans Le Flou ». Arnold Turboust s’est produit en juin 2018 au Café de la Danse à Paris, pour un concert spécial, entouré de ses amis, Zabou “Adélaïde” Breitman, évidemment, mais aussi Alain Chamfort, Bertrand Burgalat. Tout un univers avec des personnalités qui vont bien ensemble, nous confortant dans l’idée d’un personnage qui, au-delà de sa sympathie apparente, est vraiment quelqu’un dont l’importance n’est peut-être pas sous-estimée, mais reste bien trop discrète. Et, pour revenir à ce dernier album, ces quatorze titres sont à écouter avec un plaisir jamais démenti. Un travail dans lequel prime la délicatesse. C’est « Le Prix de (son) Silence ». A garder bien au chaud, été comme hiver.

 

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR :

Avatar
Marc Sapolin
De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *