Festival de Saint Mauront Felix PyatFelix Pyat, ces quatre tours ont beaucoup fait parler d’elles à Marseille. En ce samedi 12 septembre 2015, leurs réputations négatives s’effacent, pour laisser place à une image plus festive, enrôlant avec elle la notion de diversité et de vivre ensemble. En effet, pour la dixième année consécutive, le festival de Saint Mauront a lieu. Sur scène, toutes les nationalités sont représentées : musique de l’Afrique de l’Est, de l’Océan Indien, de Madagascar, du Cameroun ou encore du Congo s’enchaînent. Le rap marseillais est, bien évidemment, à l’honneur. Après les musiques traditionnelles, il s’invite, laissant ainsi les plus jeunes prendre place, pour crier haut et fort à quel point ils aiment les artistes de leur quartier. L’ambiance est à son summum lorsqu’Alonzo, ex-membre des Psy4 de la Rime, arrive par surprise sur scène. Le collectif SNT Records, à l’origine de l’événement, a réussi à mettre en place un festival de taille, rendant hommage à un quartier bien trop souvent délaissé par la culture. Seule la sécurité du lieu aurait pu être améliorée, l’ambiance agitée ayant été quelquefois difficile à gérer.

Pour terminer cette journée, le collectif SNT a choisi de programmer Ärsenik, groupe pionnier du hip-hop. C’est ainsi qu’à minuit dix, Lino, Calbo et T-Killa sont venus se produire, alternant entre des morceaux du groupe et des solos de chacun. De par ses actualités, Lino ne s’est pas fait oublier. En revanche on entend un peu moins parler de Calbo et de T.Killa. Et pourtant, les trois artistes ont chacun des projets en cours. Pour cette raison, ExtendedPlayer est parti à la rencontre de ces trois frères.

Cet article a été rédigé par :

Passionnée de HipHop français et de musique à textes, en charge de la partie rap du magazine depuis mes 11ans. Également CEO d'un projet innovant dédié au HipHop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *