Dire que le style est le personnage serait sans exagération au sujet de ce nouveau roman. Souvent l’écrivain est central dans les pages de Philippe Djian. Ainsi évoquer le style reste d’un naturel imposé. Un rythme. Et un caractère. Equipés de ténacité. De rigueur. D’exigence(s). Autant d’atouts maîtres réunis dans une optique littéraire sans concession.…

Les doutes et les promesses du « premier jour » se vérifient dans ce second volet. Un démarrage dont la lenteur peine à affirmer le rythme serré adopté précédemment, jusqu’au moment où tout repart de plus belle. Finalement, l’aventure se découpe plus comme une bande-dessinée qu’un roman de longue haleine. Pas de temps perdu en détails trop…