Les doutes et les promesses du « premier jour » se vérifient dans ce second volet. Un démarrage dont la lenteur peine à affirmer le rythme serré adopté précédemment, jusqu’au moment où tout repart de plus belle. Finalement, l’aventure se découpe plus comme une bande-dessinée qu’un roman de longue haleine. Pas de temps perdu en détails trop…