Le premier album avait laissé une hyper sympathique impression. On découvrait la fée de Dionysos en solo, car elle jouait en plus quasiment tous les instruments -, dans un  répertoire très personnel et attachant. Sans être très éloigné du travail fait par le groupe, elle assumait sa sentimentalité de la plus belle façon. Ce second album a bénéficié d’une première écoute perturbée par la vision de babet en concert. L’impression live dérangée par une ordonnance de facture un peu trop clean, type « la maison de disques est derrière, il faut que ça fasse très pro ». Mais avec le côté très pro impersonnel. Ce petit truc désagréable n’a fait que pointer son nez et il faut espérer que Babet ne plongera pas tête baissée dans ces aléas au risque de eprdre se particulzarités. Heureusement, l’album fini par convaincre. On retrouve le fond, en textes et mélodies. C’est Arthur H qui a réalisé l’album

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *