Pochette Matt-LOw

Hé bé, voilà des mots alignés et dit d’une façon très évocatrice. Mais celui à qui l’on pense est tout près, à l’intérieur de ces images. Le Jean-Louis Murat de « Jim » est celui de « Blow » : « Pourquoi soudain ce triple galop, pourquoi crever tes plus beaux chevaux ? ». Qui d’autre aurait pu écrire : « Tu voudrais bien te cogner la chose qui fait mal » (« Banzaï »), sinon  lui ? Et Matt n’est autre que celui qui l’accompagne actuellement, au sein de The Delano Orchestra. Ce premier quatre titre, dont il compose les musiques, est encore une démonstration plausible qu’une musique de campagne existe, une « campagne folk » d’ici, une « country-campagne » belle et bienvenue. Les guitares se font douces et fluides, émotionnellement opérationnelles, à une condition cependant, celle que le chant qui se pose là soit à la hauteur. D’abord, avec ces mots, pas de crainte. Et puis la voix de Matt Low dispose de cette consistance unique gravitant aux plus beaux endroits de la portée musicale : « Tout au fond du mystère, tu me plais. Nu au creux de tes bras tout devient vrai » (« Misty »). Enfin l’espoir que des mots racontent redevient réalité, même pour dire que l’on se sent « comme une mandarine » : « Comment disais-tu happiness ? ». La réponse arrive.

ob_ae0c95_matt-low

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR :

Avatar
Marc Sapolin
De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *