Omoh-Cover[1]Formule de départ duo, à Nîmes, avec Clément A. et Baptiste Homo (dixit la biographie), qui rejoignent la capitale où, travaillant dans un studio, ils se retrouvent à collaborer avec divers artistes sur leurs enregistrements, la principale référence étant le dernier album de Julien Doré. Leur première production personnelle date de 2013, un EP, « Hours Of Sunshine », écrit en collaboration avec la chanteuse Marie-Flore. C’est avec elle qu’ils remettent le couvert pour nous « emmener nulle part ». Marie-Flore écrit et chante, offrant une classe supplémentaire à cette musique aux sources pop, cristallisant  autour de sons à dominante synthétique, des chansons ambiantes, comme ce « It’s Leading Nowhere » qui porte bien son nom, laissant pourtant présager un départ en voyage vers de jolis paysages, à moins qu’il ne s’agisse plutôt d’émotions, d’envie de rêves. Ici c’est d’ailleurs une voix masculine qui entraîne vers les hauteurs. Les sonorités aiment les grands espaces, l’air, la profondeur (intro de « Idylle To Marie »), et se délassent au fil de l’instrumental comme un écran vaporeux, laissant deviner, au-delà des brumes et des nuages, des envies de beauté et de volupté, jusqu’au solo de guitare final positionnant une référence directe à Pink Floyd. Et « Longing Summer » en guise de conclusion-synthèse, délie ses essences gazeuses et son refrain compressé dans une posture jubilatoire. Alors, appuyer à nouveau sur la touche play, ou utiliser la position repeat du lecteur, et replonger dans la pop lascive de « Luxembourg Park », le tubesque duo de cette galette.

OMOH-2-DR

www.omoh.fr

 

 

 

 

crédit photo : Patrick Sagnes

CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR :

Avatar
Marc Sapolin
De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *