Pourquoi ça n’arrive qu’à elle, la gentille Prunelle ? Parce que tout ce qui se passe dans son présent fini par transiter sur le Canal 9 du poste de télévision. Que chaque petit événement de son quotidien, devient instantanément l’une des anecdotes de ce fameux nouveau feuilleton à succès de la chaîne câblée. Qu’elle apprend cela de la bouche de sa mère lors de leur rendez-vous téléphonique journalier. Qu’elle finit par se rendre compte par elle-même avec le concours de sa meilleure amie de cette usurpation d’identité. Qu’elle découvre ensuite que le gentil voisin n’est pas tout à fait innocent dans cette histoire. Enfin bref, que ça ne pouvait de cette façon n’arriver qu’à elle. Lancée dans l’aventure de l’ouverture d’un cabinet de naturopathie et emmêlée dans des gaffes verbales involontaires, Prunelle doit faire face à la réalité. C’est avec de grandes convictions écologiques qu’elle entreprend toute action et une délicate pureté d’esprit. C’est cela qui la distingue. C’est cela qui inspire. Le dessin de Didier Tronchet, et le coloriage surtout, donne une vie émotionnelle particulière à ce conte. Chaque planche est dominée par la prégnance d’une couleur précise, ajoutant une force et une pression, en fonction des contrariétés de Prunelle. Ce premier livre pose les jalons d’une suite attendue, grâce à ce bel enchaînement de gaffes, confusions et malentendus qui, s’il repose sur une fiction, ne pointe pas moins du doigt les paradoxes d’une société en pleine réflexion. Celle qui, en tout cas, se pose des questions sur les capacités et possibilités d’avenir.

Cet article a été rédigé par :

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *