Déjà séduit par le précédent EP, on constate avec celui-ci qu’il existe bien un son Louis Arlette. Des chansons qui illuminent de couleurs électro-rock un chantier oscillant entre la cave loft-studio et la boite de nuit. Dès les premières notes de « A Notre Gloire », on entre dans le bâtiment où l’artiste s’est enfermé avec son imagination et ses exigences. Si le résultat exprime un état particulier résultant d’une époque mutante, Louis Arlette assume : « Si j’ai cru voir ma vie défiler… Toutes ces années de retenue, mais le moment est venu. » (Sublime « Le Moment Est Venu »). Au lieu de mourir, l’artiste a décidé de vivre. On assiste à sa renaissance. C’est auprès d’autres personnalités que Louis Arlette a enrichi son parcours, en studio, avant de se consacrer à son projet personnel. Certainement un besoin d’expériences cumulées afin de satisfaire ses propres et pointilleuses exigences. Cela confère évidemment un résultat abouti et saisissant. Comme pour « L’Avalanche », « A Notre Gloire » se décline en deux versions. L’une est studio, la seconde est présentée live, avec une énergie supplémentaire, augmentée – si l’on regarde le clip (visible ci-dessous) -, d’une prise de vue donnant un fantastique tournis, en harmonie totale avec l’esprit du titre. C’est pareil pour « A La Dérive », décliné lui aussi en version live. L’album ne devrait pas tarder. Impatience, impatience…

 

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *