Voilà un moment que « Cassidy » tourne dans nos platines, depuis ce live acoustique sur le plateau d’une émission télé découvert sur internet. Puis il y a eu le clip enneigé et son personnage au bonnet étrange. Ce titre à la simplicité rythmique présente une superbe mélodie vocale. Un entrain voyageur sublime qu’il fait bon écouter à tout moment de la journée et encore plus plaisamment au soleil levant – ou couchant. L’album confirme le savoir composer de la formation parisienne. Dès « Frostbitten », un tempo élevé soutien des guitares et des chants qui se posent d’emblée comme la marque de fabrique Erevan Tusk. Des chœurs bien sentis ponctuent chaque morceau. Et , hormis la guitare acoustique qui assure les permanences, des incursions électriques crunchy et très mélodiques s’interposent là où il faut. La basse peut aussi se faire plus présente et assurer une belle ambiance, comme sur « Truth Or Dare », par exemple. Le synthé s’y met parfois aussi. C’est le cas dans ce dernier titre cité. Ce qui distingue toutes ces compositions tient dans la parcimonie instrumentale mesurée et savamment dosée. Personne ne mange personne et chacun a sa place.

Cet article a été rédigé par :

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *