pochette Maison Tellier-beautepourtousHeureusement qu’il y en a qui tentent encore de faire en sorte que leur voix sorte du lot. Ce n’est pas affaire facile qui se commande comme ça, et ce n’est pas à la portée de tous évidemment. Helmut, chanteur de La Maison Tellier, y parvient. Avec ce troisième album, la concrétisation gagne en réelle profondeur, soutenue par des textes concernés. L’esprit country-folk un peu particulier du groupe, dès ses débuts, se positionne aujourd’hui comme une country d’ici (campagne ?) qui fleure les espaces et le naturel, malgré les références propres au western (« A rebours »). Ainsi l’empreinte vocale, portée par les mots, a-t-elle trouvé sa place, tant pour le chant principal que le travail sur les chœurs. Et, posées sur des bases généralement acoustiques (guitare,  , basse, batterie légère), ce sont ces voix qui mènent la barque, soutenues par la subtilité d’arrangements judicieusement sentis (trompette sur « La maison de nos pères » par exemple, suivie un peu plus loin par la nervosité attendue d’une guitare électrique à la puissance émotionnelle nécessaire. Juste ce qu’il faut où il faut quand il faut. Le titre « Un bon français » ajoute une dimension soucieuse d’actualité, de réalité, plaçant ainsi le groupe dans une lignée porteuse de messages, sans pour autant que cela prenne le pas sur la créativité. Le traitement relève de l’observation et pointe, à la façon d’une photo ou d’un documentaire, l’évolution de notre société vers de dangereuses finalités. Il ressort de ce disque une humanité forte, même si « L’homme est un animal de bien mauvaise compagnie » (« Beaux quartiers »), une indulgence critique, pointant du doigt des défauts potentiellement sujets d’amélioration. Une balance entre pessimisme et espoir culminant avec le dernier morceau, « Mauvais coton » : « La mélodie de nos erreurs ivre de caresses et de coups n’était pas un air de fanfare. Et quand je marchais dans le noir c’est ta main accrochée au fil qui m’a sauvé de mon exil ».

La Maison Tellier - françois-Berthier-600x400 la-maison-tellier-204b----c--eric-vernazobres

Cet article a été rédigé par :

Avatar

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *