The Volunteered Slaves - Ripcord-Visuel-HD-RGB

 

 

 

 

 

 

 

Allez hop ! On ne perd pas de temps. Basse et batterie mortellement limpides et entraînantes, jusqu’à ce phrasé de cuivres aussi fort qu’un imparable refrain. « The Gambler », aux lyrics  gravement slamés par Alan « Allonymous » Conway, de cette voix qui n’est pas sans évoquer celle du chanteur de Grand Cannon dans leur fameux « Dirty Ways », introduit avec magnificence un album totalement hors norme et sans frontières, que ces dernières soient musicales ou géographiques. The Volunteered Slaves est en réalité un collectif musical fort de plus de quinze ans d’expérience. Sa musique, lorsque l’on a écouté l’ensemble de cet enregistrement, donnerait plutôt l’impression d’une grande échappée du monde du jazz et de ses variations libres. Le groove va piquer son fard dans le funk, laisser voguer ses chants par-delà le hip-hop, et puiser ses coloriages parmi les « cultures » individuelles des membres de l’aventure (une évidence dans les croisements vocaux de « Osun » par exemple). Emmanuel Duprey, piano, claviers et programmation rythmiques, est à la direction artistique de ce projet qui ne manquera jamais de surprendre – incursion « Rock The Casbah » dans « Kahina », étonnantes et imprévisibles reprises, ici au nombre de trois : « Us & Them » de Pink Floyd, « God Only Knows » des Beach Boys et « Video Killed The Radio Star », des Buggles. Il est important de les citer car, quelque part, elles se présentent de façon tellement réinterprétées, que la force de ces adaptations est à l’image du savoir-faire du groupe de musiciens. Il ne s’agit pas non plus de détournement, mais d’un travail au feeling, dans un esprit qui respecterait prioritairement des postures propres à l’improvisation. Au quintet de base constitué de Arnold Moueza, Olivier Temime, Emmanuel Duprey, Akim Bournane et Julien Charlet, se sont, entre autres, associés, Emmanuel Bex (orgue Hammond et vocoder) et les chanteuses Mafé, Raphaëla Cupidin, Indy Eka et Kiala Ogawa. Qui a dit « variété internationale » ? Allez hip ! On se le remet !

 

 

 

the-volunteered-slaves-585

Cet article a été rédigé par :

De l’organisation de concerts aux interviews d’artistes il n’y avait qu’un pas. Plus de vingt-cinq ans de rencontres avec les artistes et toujours la passion de la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *